fren

#Deconfinement_Prise de Conscience

about us page title image
  • #Deconfinement_Prise de Conscience

    #Deconfinement_Prise de Conscience

    Beaucoup de choses sont montées à notre conscience en cette période inédite !

    On constate que l’on est à un tournant de notre vie :

    Il y aura un avant et un après… le confinement du Corona virus.

    On a dû accepter de ralentir notre rythme, de prendre conscience de ce que l’on avait provoqué sur cette planète.

    On nous invite maintenant à expérimenter le discernement et à tester le jeu de l’équilibre.

     

    Rappelons-nous que notre vie repose sur l’équilibre entre des pôles antagonistes (solitude/communauté, silence/parole, malheur/bonheur…) et que notre mission sur cette terre est avant tout de s’équilibrer pour être aligné.

     

    Le confinement a aidé certaines personnes à prendre soin de soi et à s’écouter. D’autres par contre, c’est maintenant en ce début de déconfinement qu’ils aspirent à un saut de conscience.

     

    Alors que certains ont peur de sortir dehors avec « le virus qui circule », ayant été pollués par l’égrégore de la peur véhiculé par nos dirigeants; d’autres se recentrent sur ce qui est « essence ciel » pour eux.

     

    Même si on vit cette crise de manière différente, elle nous révèle à nous-même.

    Cette adversité nous montre nos rapports avec des valeurs communes. Elle met en lumière nos émotions qui sont souvent refoulées en société… Là, on n’a que le choix de les exprimer !

    Même s’il n’est pas nécessaire de souffrir pour évoluer,

     

    La plupart des êtres humains ont besoin malheureusement d’être secoués dans leurs habitudes de vie pour y voir plus clair !

    Beaucoup doivent être plongés dans le malheur pour prendre conscience de la splendeur de la Vie !

     

    Notre relation à …

    La MORT

    Je savais que j’étais mortel mais maintenant j’intègre le fait que je peux mourir n’importe quand.

    Est-ce-facile pour moi d’accepter que la vie ne tienne qu’à un fil ?

    Le virus est dans la rue donc est-ce-que j’ai peur de l’air que je respire ?

     

    C’est intéressant de constater que la moitié de l’humanité a préféré confiner toute la planète afin de privilégier la santé des personnes vulnérables contre cette épidémie, au lieu de faire confiance en la vie et de grandement renforcer les conditions (hospitalières) pour prendre soin de ces personnes impactées par un virus.

     

    Ce choix global met en évidence que l’on fait tout pour rester en vie… au lieu d’accepter tout simplement son cycle. C’est comme si on avait oublié la polarité de ce monde où la mort n’est que l’autre facette de la Vie !

    Pourquoi donc aujourd’hui avec l’apparition soudaine de la mort dans notre vie, en Occident, on…

    – Refuse de mourir « à tous prix »

    – Remplit notre vie d’actions incessantes pour refouler notre crainte de la mort

    … Alors que le fait de penser à la mort comme une étape qui fait partie de la vie sur terre nous amènerait sûrement à mieux vivre le moment présent… ?

     

    Devrait-on s’inspirer des croyances de l’Orient ?

    – De toute manière, dès la naissance, la mort de chacun est programmée.

    – La mort est moins douloureuse que notre naissance.

    – C’est notre corps physique qui meurt à la fin de notre vie, puisque l’âme de notre être est immortelle.

     

    Le TEMPS

    Le confinement nous a privé d’espace et nous a offert du temps !

    On a été contraint ou ravi d’ouvrir la porte de notre vie intérieure : notre corps, nos pensées, envies… Alors que l’on a toujours eu le réflexe dans nos sociétés occidentales de chercher le bonheur plutôt à l’extérieur de nous.

     

    Là à nouveau, on s’aperçoit que L’ÉQUILIBRE EST VITAL pour l’être humain !

     

    Certes le fait d’être dans notre monde intérieur, et d’observer les mouvements de notre respiration a un grand bienfait sur notre système nerveux. Toutefois, il est important que l’on soit également en lien avec l’autre dans le monde extérieur.

    L’ÉDUCATION

    Les études psychologiques montrent que ce sont les enfants maltraités et ceux qui sont surprotégés par leurs parents qui ont le plus de difficulté à faire face à l’adversité. Pour les uns, c’est dû à leur vulnérabilité, pour les autres c’est à cause de leur illusion.

     

    Effectivement, certains parents veulent protéger leurs enfants, donc soit ils remettent à plus tard les explications des épreuves de la vie, soit ils cachent la vérité qui n’est pas toujours facile à dire.

     

    Ces attitudes, souvent pour bien faire, mènent à un déséquilibre que l’on peut constater avec excès dans cette génération sur-couvée de l’enfant roi ainsi que dans l’infantilisation des individus. Cette perte de repères réels provoque une incapacité à prendre ses responsabilités et à relever les épreuves avec discernement.

    Les VALEURS

    En ces temps-ci, beaucoup mettent en avant la valeur de la Santé, d’autres de la Liberté, la Beauté, etc.

    Pourquoi ne pas simplement accepter chaque réalité et vérité de l’autre et rassembler toutes nos valeurs en nous connectant à la Nature dont nous faisons partie ?

     

    Grâce à l’air de Gaïa, la vie respire en nous. Sans l’oxygène offert par la Terre mère, nous ne pourrions pas respirer. Prenons conscience que l’air, l’eau, le feu, la terre n’ont pas été créés par la main de l’homme.

     

    Ce Covid-19 a mis en évidence que l’on ne peut plus maltraiter la Nature (en l’occurrence ici des animaux) pour notre surconsommation. On nous invite à revenir à notre place en tant qu’être de cette biosphère et à se souvenir de nos Amérindiens qui eux préservaient l’harmonie des écosystèmes.

    Conscience

    La plupart d’entre nous se sentent coupables de nos comportements excessifs et de notre style de vie critiquable, ce qui est une émotion salvatrice pour nous ramener à nos responsabilités !

     

    En même temps, ce moment d’isolement nous a montré que la main de l’homme a crée des nouvelles technologies, qui se sont avérées positives en les utilisant à bon escient. Nous avons été coupés du monde extérieur et séparés physiquement de nos proches. L’utilisation de ces nouveaux outils de communication nous ont permis de créer et de renforcer des liens entre nous.

     

    Cette période d’enfermement a aussi instauré des rites de remerciement, en l’occurrence celui des soignants tous les jours à 20 h. Également, on commence à prendre conscience de l’utilité de chacun d’entre nous, de l’importance des personnes qui étaient considérées invisibles dans la société, alors que maintenant elles sont nommées aux USA comme des Héros !

    Après le confinement, le déconfinement… nous sommes dans l’épreuve !

    Elle nous élève et nous permet de voir autrement.

     

    En spiritualité, on dit souvent que la Vie c’est l’école…

    Là, on constate que nous avons fait des erreurs qui ont un impact terrifiant.

     

    On nous enseigne une bonne leçon à comprendre et à intégrer pour changer et évoluer autrement !

    Allons-nous être des bons élèves ?

     

    Comments (3)

      • Nad
      • 14 mai 2020 at 15 h 23 min

      Article qui donne à réfléchir pour chacun d’entre nous ! je retiens la phrase de Victor Hugo qui est superbe et réaliste !

      Reply
      • Suzanne
      • 12 mai 2020 at 12 h 24 min

      Delphine, merci pour tous tes articles pendant cette période inédite !
      Aujourd’hui je prends le temps de te remercier de nous faire partager tes réflexions qui m’aident à réfléchir sur ma situation et à prendre ma place…
      Tes mots résonnent et me font du bien ! Merci encore ! Tes articles chaque semaine vont me manquer…

      Reply
      • Merci beaucoup ! L’intérêt porté pour mes articles me font chaud au cœur ! Je ne m’y attendais pas 🙂
        Je vais bien sûr continuer à écrire mais effectivement mes articles de blog vont être publiés mensuellement dès le mois de juin. Merci encore pour votre interaction qui me donne l’énergie de continuer xx

        Reply

    Leave a comment

    Required fields are marked *

quis, dolor. mi, elementum dapibus lectus facilisis Lorem Aenean neque.